J’ouvre les paupières doucement, je m’étire. Je suis allongée je ne sais où. Je sais que je reviens de loin, d’ici et d’ailleurs, qu’il me faut me réhabituer à ce corps, mon Véhicule Terrestre.
Agenouillé à mes côtés, il y a un petit d’homme qui me veille. Il me fixe de ses beaux yeux et je perçois ses questions dans son regard…